Accueil "Les Sites Citerriens >> Yhad >> PNUD 2000

 


Pnud 2000

________________________

Droits de l'homme et développement humain

Les droits de l’homme et le développement humain ont en commun de vouloir garantir la liberté, le bien-être et la dignité de tous les êtres humains. Pendant la guerre froide, les préoccupations des promoteurs des droits et de ceux du développement ne se rejoignaient pas. Elles convergent aujourd’hui, ce qui permet de tirer profit des stratégies et des acquis respectifs de chaque domaine pour donner un nouvel élan au combat pour les libertés. Le Rapport mondial sur le développement humain décrit la façon dont les droits de l’homme sont constitutifs du développement, ainsi que l’apport du développement à la réalisation des droits de l’homme. Il montre comment les droits de l’homme intègrent au processus de développement humain deux principes essentiels : la justice sociale et l’obligation de rendre de compte.

La concrétisation de tous les droits, pour tous et dans tous les pays, passe par la mobilisation des principales parties prenantes, dans chaque société. Après avoir montré que les droits de l’homme constituent une aspiration commune à l’ensemble de l’humanité, ce rapport conclut qu’au XXIe siècle, on ne pourra progresser qu’en s’attaquant à des intérêts économiques et politiques profondément enracinés.

Des faits et des chiffres

- Dans les années quatre-vingt-dix, les guerres et les conflits internes ont forcé 50 millions de personnes à fuir leur domicile. (ch. 2)
- Cent millions d’enfants vivent ou travaillent dans la rue. (Vue d’ensemble)
- Le monopole de l’Etat sur les médias ne perdure que dans cinq pour cent des pays. (ch. 2)
- On dénombre plus de 10 millions de réfugiés et de cinq millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. (ch. 2)
- Près de 90 journalistes et professionnels des médias ont été tués dans l’exercice de leur métier en 1999. (Vue d’ensemble)
- En 1998, les 48 pays les moins avancés se sont partagé moins de 3 milliards de dollars d’investissement direct étranger, soit à peine 0,4 pour cent du total. (ch.4, encadré 4.7)
- On estime qu’une personne sur cinq participe à une forme ou une autre d’organisation de la société civile. (Vue d’ensemble)
- En 1900, aucun pays n’avait institué le suffrage universel pour tous les adultes. Aujourd’hui, presque tous l’ont fait. (Vue d’ensemble)
- Chaque année, à l’échelle de la planète, quelque 40 millions de naissances ne sont pas déclarées. (ch. 4)
- A l’échelle planétaire, il manque aux pays en développement quelque 80 milliards de dollars par an pour assurer à tous les services de base. (Vue d’ensemble)
- Au Cambodge, 25 000 instituteurs ont reçu une formation sur les droits de l’homme et ont déjà enseigné cette discipline à plus de trois millions d’enfants. (ch. 6)
-  En 1998, les 48 pays les plus pauvres n’ont réalisé que moins de 0,4 pour cent des exportations mondiales. (ch. 4)
- En 1999, la fortune cumulée des 200 personnes les plus riches du monde a franchi la barre des 1 000 milliards de dollars. A titre de comparaison, les 582 millions d’habitants des 43 pays les moins avancés ont totalisé un revenu cumulé de 146 milliards de dollars. (ch. 4)
- Quelque 500 millions d’armes légères circulent dans le monde. (ch. 2)
- Au cours des 30 dernières années, l’analphabétisme des adultes a reculé de près de la moitié et le taux d’inscription cumulé dans le primaire et le secondaire a augmenté d’environ 50 %. (ch. 2)
- On estime qu’une femme sur trois a subi des violences de la part de son partenaire. (Vue d’ensemble)
- Durant la dernière décennie, les guerres civiles ont fait cinq millions de morts dans le monde. (ch. 2)
- Plus de 30 000 enfants meurent chaque jour de causes qui auraient pour l’essentiel pu être évitées. (Vue d’ensemble)
- Chaque année, quelque 18 millions de personnes meurent de maladies transmissibles. (ch. 2)
- A l’échelle de la planète, les femmes occupent seulement environ 14 % des sièges parlementaires. (ch. 2)
- Dans les années quatre-vingt-dix, six millions de personnes ont été blessées au cours de conflits armés. (ch. 2) 

Citations du rapport

« L’éradication de la pauvreté n’est pas seulement l’un des grands enjeux du développement, c’est aussi l’affaire des droits de l’homme. » (ch. 4)

« Un pays qui ne dispose pas d’une société civile ouverte peut avoir signé tous les traités relatifs aux droits de l’homme sans se sentir lié par ses engagements. » (ch. 3)

« La participation à la gouvernance économique de la planète est soumise à des rapports de force économiques et politiques extrêmement déséquilibrés. » (ch. 4)

« Bien qu’universels, les droits de l’homme ne sont pas encore universellement acceptés. » (ch. 6) FR-6-2

« L’objectif de ce siècle devrait être d’aboutir au respect de tous les droits de tous les être humains sur l’ensemble du globe. » (ch. 6)

« Je peux accepter la pauvreté, mais me voir refuser la justice par la loi de mon propre pays, uniquement parce que je suis pauvre, ça, je ne peux pas le tolérer. » (ch. 2)

« Les individus sont toujours plus menacés par des fléaux mondiaux sur lesquels un pays à lui seul n’a aucune prise : excès de volatilité sur les marchés des capitaux, modification du climat de la planète, criminalité internationale, notamment. » (ch. 4)

« Ce nouveau discours sur les progrès de l’Asie en matière de droits de l’homme et de démocratie tranche nettement avec les affirmations douteuses du passé, selon lesquelles les manquements aux droits civils et politiques auraient été justifiés par de prétendues ‘valeurs asiatiques’. » (ch. 3)

« Parmi les nombreuses impasses liées aux droits de l’homme dans le monde d’aujourd’hui, celles qui touchent aux domaines économique, social et culturel sont particulièrement répandues, à l’échelle internationale et à l’intérieur des pays. » (ch. 4)

« En Inde… après l’indépendance, l’arrivée d’un gouvernement démocratique s’est traduite par la disparition immédiate des famines. » (ch. 4)

« La disponibilité des statistiques sur les droits de l’homme constitue une bonne indication de l’engagement
à agir de manière transparente. » (ch. 5)

« Plutôt que de réagir aux critiques de l’extérieur, les pays doivent, de leur propre initiative, produire leurs propres évaluations annuelles. » (ch. 6)

« Les principaux ministères chargés des questions économiques, tels que celui des finances et de la planification, doivent prendre en compte les droits dans le processus de la politique économique. » (ch. 6)

« Les indicateurs statistiques représentent une arme puissante dans la lutte pour les droits de l’homme. » (ch. 5)

« Le XXIe siècle doit, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, conférer aux individus le droit de choisir leur gouvernement et la liberté de participer aux décisions qui influencent leur vie. » (ch. 6) FR-6-3

Le rapport contient trois messages spéciaux

« Nous assistons aujourd’hui - lentement, mais je le crois, sûrement - à l’émergence d’une norme internationale prohibant les formes de répression violentes à l’encontre d’une catégorie ou d’un peuple. Cette norme doit prendre, et prendra, le pas sur les règles de souveraineté des Etats. » - Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies. (ch. 2)

« L’universalité est l’essence même des droits de l’homme. Chaque individu peut se prévaloir de ceux-ci, chaque pays doit les respecter, et chaque partie prenante - Etat et acteurs de la société civile -doit les défendre. L’objectif ultime n’est rien moins que garantir leurs droits à tous les individus. » - Mary Robinson, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. (ch. 6)

« Notre cri de guerre est le suivant : ‘plus jamais ce pays ne replongera dans l’abyme de son passé récent, avec ses violations systématiques des droits de l’homme’. » - Olusegun Obasanjo, président du Nigeria. (ch. 2)

CONCERNANT CE RAPPORT : Chaque année depuis 1990, le Programme des Nations Unies pour le développement fait réaliser le Rapport mondial sur le développement humain par une équipe d'experts indépendants qui explorent les principaux sujets de préoccupation pour la planète. Ce rapport ne se contente pas de mesurer les avancées de l'humanité à l'aune du revenu par habitant, mais confronte ce critère à d'autres facteurs tels que l'espérance de vie, l'alphabétisation et le bien-être global. Il définit en fin de compte le développement humain comme un « processus d'élargissement de la palette des choix qui s'offrent aux individus ».

Le Rapport mondial sur le développement humain est publié en français par De Boeck et Larcier, Département De Boeck Université, Bruxelles, Belgique Téléphone : 00 32 10 48 25 11. Télécopie : 00 32 10 48 26 50. Son prix normal est de 155 FF (950 FB; 23,50 Euros) pour les pays du Nord et de 58 FF (353 FB) pour les pays du Sud. FR-6-4

Plan de ce rapport et poids de téléchargement (en format "pdf") des différentes sections:

Introduction (228K) : Couverture, Préface, Remerciements, Table de matières, Vue d'ensemble
Chapitre 1 (83K): Droits de l’homme et développement humain
Chapitre 2 (222K): Combats pour les libertés humaines
Chapitre 3 (154K) : La démocratie intégratrice, garantie des droits de tous
Chapitre 4 (170K) : Des droits pour donner aux individus les moyens de lutter contre la pauvreté
Chapitre 5 (235K) : Le rôle des indicateurs
Chapitre 6 (230K) : Un développement humain axé sur les droits
Indicateurs du développement humain - I (344K)
Indicateurs du développement humain - II (454K)
Notes techniques (802K)

Téléchargement sur le site du PNUD