L'imagination créatrice pour construire un monde meilleur.

______________________________________________

Nous nous sommes habitués à croire à notre impuissance, si seuls, si perdus dans notre coin. Il n'y a rien de plus inexact : la force de l'énergie d'un groupe est capable de mettre en mouvement n'importe quelle structure établie. Pensons à la montée de certains mouvements populaires, aux révolutions...
Chacun de nous a expérimenté au moins une fois dans son existence la force d'un désir absolu, d'un rêve auquel il tenait particulièrement : il était si vigoureux, qu'il a généré en nous des capacités insoupçonnées. Avec acharnement, balayant tous les obstacles, notre but a été atteint. Pour qu'un monde juste voit jour, il n'est besoin à la base que de la croyance en sa venue possible. Mais une croyance puissante, sans faille, certaine. Cette foi même drainera derrière elle tous les actes, toutes les énergies, tous les aboutissements. Si je suis seul à y croire, il y a peu de chance pour qu'un possible arrive. Mais si nous sommes des millions, nous fabriquons une sorte de matrice, de moule, rendant tous les espoirs réalisables. Nous nous encourageons les uns les autres, nous pouvons nous sentir moins seuls, avec un but moins inaccessible, et des compagnons de route.

Le seul fait de croire peut-il suffire ? Non, bien sûr. Il faut croire... et puis agir. Ensuite. Mais il est nécessaire de croire d'abord : chaque construction, projet ou réalisation, sont nés d'abord dans le désir et dans l'imagination d'un homme. La puissance de son évocation mentale lui permet d 'envisager les actes à poser et de se donner les moyens d'arriver à la réalisation finale.

Seule la croyance absolue en un objectif réalisable permet la réalisation future. L'homme est capable d'atteindre n'importe quel but pourvu qu'il le rêve avec assez de force. Dans rêver, j'entends imaginer, souhaiter et surtout visualiser créativement. C'est-à-dire rendre la chose totalement existante sur le plan mental. Dans tous ses détails, dans la moindre péripétie de sa mise en place. Creuser, fouiller encore et encore le plus minuscule fragment. Il arrive un moment où l'objet existe déjà parce qu'il a été suffisamment créé et développé dans le monde des idées. Sa réalisation, alors, coule de soi. Y a-t-il un seul objet technique, un seul projet viable, une seule entreprise performante, une seule organisation d'ampleur qui n'est été d'abord pensé puis élaboré sur plan avant d'être mis sur pied ? Pourquoi en serait-il différemment avec un système économique juste et efficace ? Des kilomètres de galeries ont bien été fabriqués pour ne piéger qu'un seul neutron ! Le pied humain s'est même posé sur la lune ! Ces rêves ne sont-ils pas complètement fous à la base ?? La citoyenneté républicaine n 'était-elle pas aussi un rêve d'utopiste pour les serfs du moyen âge ? Regardons aujourd'hui la force et la puissance d'Attac : qui aurait cru possible il y a seulement dix ans qu'on puisse remettre en cause le fonctionnement de l'institution boursière, ce monstre implacable qui ruine des existences entières ? Qui aurait cru qu'il y ait autant de monde, en si peu de temps pour retrouver espoir et s'engager dans son combat ?

Pourquoi la Terre est-elle dans un tel état ? C'est, entres autres, parce que les négatifs, les violents, les chevaliers de la mort ne doutent pas un instant de leur capacité de destruction. Leurs fantasmes de grands exterminateurs n'ont donc aucun mal à descendre dans la réalité, car ils se donnent les moyens de réaliser leurs rêves pervers. De même, les argentiers tous puissants, les financiers, les économistes sans humanité assouvissent leur passion du gain sans douter d'eux même. En y croyant peut-être, ils s'arrangent même à nous faire croire le capitalisme inévitable et naturel : il mettent et maintiennent ainsi des structures économiques archaïques et néfastes avec la complicité involontaire des consommateurs. Quand les rêveurs, les idéalistes, les désirants d'un meilleur bien-être auront conscience de leur réel pouvoir de création, quand ils sauront qu'ils peuvent mettre en actes l'objet qu'ils auront dessiné en esprit, leurs rêves deviendront aussi puissants à s'incarner sur la terre que ceux des malfaisants.

Car pour réaliser un monde plus juste, c'est pareil que pour toute création humaine : il est d'abord nécessaire de le rêver, puis de tracer encore, encore et encore tous les chemins possibles. Mais comme un monde meilleur concerne plus de personnes - forcément - il faut plus d'individus pour le rêver ! Pour créer à l'intérieur d'eux-mêmes l'image d'un système social harmonieux et juste. Il prendra forme, il sera facile à mettre en place avec tant de pensées rassemblées. Plus nombreux seront les échanges, les plans, les perspectives, les revendications, les voix qui s'élèvent et plus un système économique et social respectueux de tous verra le jour facilement. Autrement dit, plus forte seront l'évocation et les moyens ponctuels envisagés, plus grand et plus facile sera le changement.

Imaginons donc des milliers de gens concourir à cette vision, et apporter la certitude de cette existence future : c'est une véritable invitation à créer sa propre image d'un lieu enfin fait pour la vie.. Ayons la conviction intime que le processus est possible. Que la force de notre désir, et notre travail patient et précis vont enfin rendre ce monde plus humain.

Le 04/11/2000
Marie Martin-Pécheux - membre fondateur de YHAD

Voir l'article correspondant du "manifeste"