Rechercher dans ce site:
Accueil "Les Sites Citerriens" >> Actions citerriennes

 


Actions citerriennes (et citoyennes)
______________________________

La somme des actions individuelles de chacun, de son propre engagement à faire évoluer les choses, peut devenir une action collective ayant un effet efficace.

Notre but est de répertorier les actions "possibles" en terme d'engagement individuel "citoyen".
Nous sommes à votre écoute pour toute suggestion ou critique, tant sur la forme que sur le fond :

Les actions en débat (qui attendent vos suggestions ou propositions de modifications):
Réduire de 10% la vitesse
Actions banques
Un monde sans pub


1 -Réduire de 10% la vitesse

Il est difficile de se passer de voiture pour la plus part d'entre nous. Nous ne pouvons donc "boycotter" sérieusement les pétroliers qui tous ont une responsabilité collective dans le dévoloppement de l'effet de serre et de la pollution. Mais sachez qu'une voiture émet environ 200 g de CO2 par kilomètre, soit, pour une utilisation moyenne de 15000 km par an, c'est trois tonnes de CO2 que nous rejetons dans l'atmosphère. Nous avons donc également une responsabilité individuelle et collective. Si nous ne pouvons pas nous passer de ces véhicules, nous pouvons au moins décider, chacun, de réduire notre vitesse d'une manière importante ( disons de 10% en moyenne).
Cette action individuelle aurait trois conséquences "citoyennes":
1 - Diminuer la consommation d'essence et donc, d'une manière générale , "faire mal" aux pétroliers (là où cela leur fait mal, c'est-à-dire leur portefeuille).
2 - Diminuer la pollution.
3 - Diminuer le nombre d'accidentés sur les routes.

Nous proposons donc que chacun, adhérent à cette idée:
- prenne un engagement personnel de rouler 10% sous les vitesses autorisées.
- tente de faire chaque jour un nouvel adhérent à cette idée.
- colle un pannonceau "-10 %" sur sa vitre arrière

Plus sur cette idée... et le pannonceau


 

2 - Action banques

Les banques , dans leur ensemble, n'hésitent pas à "travailler" avec l'argent sale. Les banques suivantes [Banque Lazard LLC, Banque Martin Maurel, Banque Natexis, Banque Populaire, Banque Nationale de Paris-Paribas et Cortal, Banque de Bretagne, Banque Worms and Cie, Caisse d'Epargne (seulement Monaco), Compagnie Financière Edmond de Rothschild, Crédit Agricole, Indosuez, Crédit Commercial de France, Société Marseillaise de Crédit, Banque de Savoie, Banque de Picardie, Banque Chaix, Crédit du Nord , Crédit Industriel et Commercial, Scalbert Dupont, Lyonnaise de Banque, Crédit Industriel Alsace Lorraine, Crédit Lyonnais, Crédit Mutuel ,CIC , La Hénin , Société Générale, Crédit du Nord ], ont un ou plusieurs établissements dans les paradis fiscaux.
Seules à notre connaissance La Poste et la Banque francaise du Crédit Coopératif n'ont pas d'établissement dans ces "paradis" .

Nous proposons donc en "actions citoyennes" de transférer vos comptes dans celles ci ou dans une "structure éthique" .
Pour ceux qui ne peuvent le faire pour diverses raisons (emprunts, etc), et "doivent" rester client des banques pas trop propres, de ne laisser sur leurs comptes que le minimum (par exemple, en retirant le maximum d'argent dès que le salaire est versé). Ceci afin de faire prendre conscience à ces banques du manque d'éthique dans leur fonctionnement par leur présence dans les paradis fiscaux et de la "grogne" d'une partie de leurs clients (vous).

Vous vous demanderez peut être "pourquoi vider les comptes?". Simplement parce que les banques ( le système bancaire) disposent du droit de création monétaire. Explication: Elles prêtent beaucoup plus qu'on ne leur confie car elles jouent un rôle de multiplicateur de crédit. Si une banque a 10 000F en dépôt et qu'elle doit garder 10% de celui ci en réserve, elle peut prêter 9 000F. Les 10 000F existant toujours sur le compte de dépôts (vous n'avez jamais vu votre compte être débité sous le prétexte "nous avons prêté votre argent en dépot" ! ) , les 9 000F prêtés existent maintenant deux fois, il y a bien eu création monétaire par l'intermédiaire du crédit, et cette monnaie ne disparaîtra que quand le crédit arrivera à son terme. En attendant, ces nouveaux 9 000F, une fois dépensés, aboutiront sur un autre compte de dépôt et la banque réceptrice pourra à son tour accorder un autre prêt de 8 100F. Ces 8 100 F aboutiront à leur tour sur un compte de dépôt et permettront à leur tour un nouveau prêt, etc.... ce système aboutissant en fin de compte à la réalité d'une multiplication par 6 des dépots initiaux. Bien évidemment, au plus elles prêtent, au plus elles récupèrent d'intérêts qui sont leur bénéfice et endettent les états en leur prêtant.
Qui plus est elles jouissent du privilège incongru de pouvoir créer de l'argent et le prêter contre intéret sur de l'argent qu'elles vous doivent (celui que vous avez déposé sur votre compte)
Une autre argumentation est que, si le droit de création monétaire dans nos pays est encadré, rien ne prouve qu'il le soit réellement de la même manière dans les paradis fiscaux.
Ainsi donc, ne pas leur laisser d'argent - ou un minimum - est une "action citoyenne" qui limitera leur possibilité de créer de la monnaie payante.


3 - Un monde sans pub...
Si nous ne tenons pas la publicité pour responsable de tous nos maux, nous l'en tenons quand même responsable d'une grande partie. C'est justement la consommation comme valeur essentielle de ce système qui pèche ! Nous pensons que les valeurs d'une société sont ailleurs. Consommer, oui, mais pas n'importe comment et surtout pas dans un objectif de convoitise. Hors toutes les sociétés commerciales poussent à la consommation dans le but d'être plus beau, plus jeune, plus riche !! Si les gamins cassent des vitres, ce ne sont pas des ajouts de policiers ou des caméras vidéos de surveillance qui vont résoudre les problèmes ! ce sont les parents qu'il faut éduquer, et proposer une société qui ne leur dira pas que s'ils portent des blousons de marque X, ils seront alors meilleurs que leurs voisins.... Évidemment, comme ils manquent de "repères", ils volent et tout logiquement en portant le blouson X, ils essaient de s'insérer dans le système de consommation, seule valeur de notre société à laquelle ils ont accès et qui leur permet d'être reconnu dans un système où la reconnaissance passe par les biens.
Dans ce cadre, il y a une très forte analogie entre les gamins de banlieue et les spéculateurs sur les biens financiers, tous deux répondent à la demande des valeurs de notre société actuelle : si vous voulez la reconnaissance, possédez et surtout montrez-le! Nous prenons des extrêmes, mais en affinant un peu, on reconnaîtra ceux que nous côtoyons. "
La société de cette envie du "toujours plus", "toujours plus mode", que chacun connait, a ses causes. Et l'une de ces causes est la publicité. Savez vous que le montant total de la nourriture consommée (en "coûts de revient") aux États-Unis est de 126 milliards de $, mais la publicité réalisée pour "faire consommer cette nourriture" est de 421 milliards de dollars. Nous pensons que deux types de solutions peuvent réguler la tendance à cette inflation de messages publicitaires.
- Une action "gouvernementale" serait de sur-taxer par exemple à 5% tous les budgets publicitaires et que le montant de cette taxe soit utilisé pour des actions d'éducation et d'information auprés des jeunes (souvent plus sensibles aux messages publicitaires que leurs anciens..)
- Des "actions citoyennes" qui seraient celles de couper les postes de TV pendant la pub, renvoyer à leurs expéditeurs les publicités postales (avec un petit mot "Y'en a marre de la pub") et surtout boycotter les produits qui "matraquent" (les chewing-gum "hollywood", les chaussures "Nike", "Coca-cola", etc...).. ainsi les fabriquants verront-ils peut être qu'il existe une limite à leurs tentatives d'imposer l'hégémonie par la publicité...


(mise à jour le 2 mars 2002)